RB JEROME BEL
spectacles > danses pour une actrice (Valérie Dréville) > présentation

titre : Danses pour une actrice (Valérie Dréville) (2020)

concept : Jérôme Bel
avec : Valérie Dréville

durée estimée : 80 minutes
langue : français

production : R.B. Jérôme Bel
coproduction : Théâtre Vidy-Lausanne, MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis (Bobigny), La Commune centre dramatique national d’Aubervilliers, Festival d’Automne à Paris, R.B. Jérôme Bel (Paris)
avec l’aide du : C ND Centre National de la Danse (Pantin) dans le cadre de l’accueil en résidence et de la Ménagerie de Verre (Paris) dans le cadre de Studiolab, pour la mise à disposition de leurs espaces de répétitions

R.B. Jérôme Bel reçoit le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d'Île-de-France - Ministère de la Culture, de l'Institut Français - Ministère des Affaires Etrangères - pour ses tournées à l’étranger et de l'ONDA - Office National de Diffusion Artistique - pour ses tournées en France
R.B. Jérôme Bel :
conseil artistique et direction exécutive : Rebecca Lasselin
administration : Sandro Grando
www.jeromebel.fr

 

Pour ce spectacle, le chorégraphe Jérôme Bel a demandé à l’actrice Valérie Dréville d’interpréter, non pas les rôles du répertoire théâtral comme elle en a l’habitude, mais plutôt certaines danses de la modernité chorégraphique. En effet, Jérôme Bel est convaincu que certaines chorégraphies du XXe siècle sont aussi éloquentes et significatives que les pages les plus accomplies de la littérature théâtrale.
C’est donc à l’entrecroisement des moyens et de la pratique du théâtre et de la danse, du langage et de la chorégraphie que l’interprétation de ces danses se joue.
Valérie Dréville n’étant pas une danseuse, tout le formalisme qui prévaut d’ordinaire dans la danse est allègrement piétiné au profit de la puissance de l’imaginaire de l’actrice. La forme s’efface alors devant le sens, l’apparence devant l’intériorité, la représentation devant l’expérience, le spectacle devant l’événement.

« Avant de recourir aux techniques, vous devez prendre en compte la question de la pensée ou de l’esprit, ou de la vie. Lorsque vous faites une chorégraphie, par exemple, si vous envisagez des techniques et les appliquez à la danse, la partie la plus cruciale disparaîtra dans le processus. Si la technique vient en premier dans la danse, pourquoi devrions-nous nous donner la peine de danser ? Nous ne dépendons pas de techniques pour vivre. J'ai moi-même constaté que plus on utilise de techniques, plus elles éloignent de l'essentiel. Je n'ai pas besoin de techniques pour mener ma vie après la mort. J'essaie d'ignorer les techniques et structures et je me concentre sur le spirituel. C’est ce que je cherche à réaliser dans ma danse. »  
Kazuo Ono